| Sherbrooke | Manon Dubé Assassinée le 27 janvier 1978

Temps de lecture:2 Minute, 45 Seconde

Le 27 janvier 1978 semblait être une journée comme les autres pour Chantel et Manon. Vers 19 h 30, les sœurs revenaient tranquillement du stationnement de la caisse populaire où elles étaient allées glisser avec des copines. Leur maison sur la rue Bienville où leur mère les attendait n’était qu’à seulement trois pâtés de maisons.

Ce soir-là, Chantel, 7 ans, a marché un peu plus vite que sa sœur aînée, Manon de 10 ans. Quand Chantel s’est retournée pour appeler cette dernière, seul le silence lui a répondu. Les deux sœurs se trouvaient alors à côté de l’école Saint-Joseph, à l’angle des rues Craig et Union à Sherbrooke.

Les policiers ont rapidement été contactés et ont tout de suite commencé à enquêter. Ils ont immédiatement publié un bulletin avec la photo de Manon et une équipe avec deux chiens a fait des recherches dans une zone boisée à proximité et plusieurs bénévoles en motoneige ont fouillé les alentours entre Sherbrooke et Ste-Élie d’Orford. Environ une semaine après la disparition, la mère de Manon, Jeannine, a reçu différents appels. La plupart du temps, la personne raccrochait lorsque Jeannine répondait. Cependant, Jeannine aurait également reçu un appel téléphonique demandant 25 000 $ pour le retour en toute sécurité de sa fille. Jeannine était une veuve récente qui, à la mort de son mari, a reçu environ 20 000 $ de son assurance. La police croit que cet appel était un canular.

La dépouille partiellement gelée de l’enfant a été retrouvée le 24 mars suivant par deux jeunes garçons. Elle était dans les eaux glacées d’un petit ruisseau du Massawippi près d’Ayer Cliff, à 30 miles au sud de Sherbrooke où elle a été vue pour la dernière fois.

Manon a été retrouvée congelée dans deux pouces de glace et a dû être soigneusement enlevée avec une hache. Elle portait encore ses vêtements d’hiver: un costume de ski bleu marin, un foulard et une tuque rose saumon, des mitaines rouges et une paire de bottes marron. Seule une mitaine rouge manquait. Elle avait une entaille sur le front, mais ce qui l’a causé n’a pas pu être déterminé.

Une source mentionne que l’autopsie a révélé que Manon avait subi une importante fracture du crâne mais plusieurs sources mentionnent que la cause exacte de son décès n’a pas pu être déterminée. La fillette n’a pas été agressée sexuellement. Puisque son dernier repas se trouvait encore dans son estomac, on présume que la fillette serait morte et placée à cet endroit rapidement après sa disparition. Malgré quelques théories, le mystère de la mort de Manon demeure entier.

Toute information en lien avec ce meurtre peut être acheminée de façon confidentielle à la Sûreté du Québec à la centrale d’information criminelle au 1-800-659-4264.

Vous pouvez également communiquer de façon anonyme avec Meurtres et Disparitions Irrésolus du Québec (MDIQ) au 819-200-462 ou à [email protected].     

Sources:

https://www.dossiersnonresolus.com/liste-des-cas/manon-dube/
https://theresaallore.com/2016/04/02/le-cas-curieux-de-manon-dube-janvier-mars-1978/
https://www.latribune.ca/2018/01/27/une-mort-impunie-depuis-40-ans-75e94dd49b5aa49e8f9ba2a6e8a1332c
Meurtre non résolu de Manon Dubé à Sherbrooke,Quebec 1978

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Previous post | Havre-Saint-Pierre | John Casey Disparu depuis le 14 septembre 2016
Next post |Ste-Anne-de-la-Pérade| Marcel Lanouette Disparu depuis le 9 septembre 2009